Bonjour à tous,

Avant tout, j’espère que vous allez bien.

L’objet de ce message est une campagne participative / souscription pour le livre-disque jeunesse
L’accordéon de l’oncle Gaston.

Cette idée a germé il y a quelques années déjà. Une envie de faire un livre-cd pour enfants, avec de l’accordéon bien sûr, développé ensuite sous la forme de spectacle de conte musical.Cette aventure n’était pas imaginable sans le coup de crayon et de pinceau d’Olivier Chéné, ami musicien et illustrateur (notamment des pochettes d’album des Genoux) et de la douce voix de mon amie conteuse Angélique Pennetier.

Début 2020, tout s’est mis en route, et nous voici « presque » prêts à vous le présenter.

Il s’agit d’un livre-cd sur les thèmes de la musique, des bals, de la transmission entre générations, des fêtes populaires..ce qui nous paraissait tellement normal et acquis il y a 1 an et qui nous manque…

« Alors qu’elle est en vacances chez ses grands-parents, Louise découvre un mystérieux objet oublié dans un recoin de la grange. Cet instrument, qui trouble étrangement son grand-père, va faire naître une grande passion chez la fillette. 
Dans une ambiance champêtre et chaleureuse, l’accordéon de l’oncle Gaston nous conte la magie de la musique. « 
De 5 à 77ans (et demi)

La vidéo de présentation en cliquant ici

Pour ce projet, nous travaillons en auto-production/édition via l’association CHANOUT (le site internet )
Aussi, pour pouvoir régler tous les frais de réalisation (imprimerie, pressage du disque, frais d’enregistrement…), nous avons décidé de faire appel à vous, par une campagne de souscription.
Le lien vers la campagne ici

Vous aurez ainsi le privilège d’être les premiers à détenir ce magnifique album, à pouvoir l’offrir à vos enfants, petits-enfants, neveux, nièces, ou aux grands enfants qui sommeillent en chacun de nous.

Voici également la page Facebook du projet où vous trouverez des informations sur l’avancement du projet.

Un grand merci d’avance pour votre contribution!
Partagez l’information sans modération!

A bientôt,
Géraldine Gallois