La Mission Brunot

Vendredi 19 juillet – 20h30
Domaine de Sédières – Clergoux (19)
Mission_brunot-5_713pxUn spectacle

Paris 1913,

Dans les premiers agissements d’un siècle nouveau, l’ébullition est à son comble. L’humanité vit au rythme de la marche frénétique et inéluctable du progrès : Ce monde de l’innovation permanente consacre chaque jour son lot d’inventeurs, d’affabulateurs, d’«imaginateurs», d’inspirationnistes, d’idéalistes et de doux rêveurs… Le linguiste Ferdinand Brunot est un homme de ce temps. Savant fou parmi les savants-fous du progrès ordinaire. Convaincu qu’un monde nouveau est en train de voir le jour, il tente, lui même, à travers son travail d’universitaire, de saisir les prémices de cette humanité nouvelle.

Quelques années plus tôt, au cours d’une hypothétique exposition universelle, tandis que les habitants des villes contemplent avec admiration les parades exotiques et autres exhibitions tropicales vantant la nouvelle multiplicité de l’« identité française », notre linguiste Brunot s’ennuie. Il ne goûte que très partiellement à cet étalage folklorique de la puissance coloniale française. Le monde entier semble avoir accouru, ici, au pied de la Tour Eiffel pour l’ultime consécration du proche et du lointain et pourtant, l’intellectuel sent comme un vide sous ses pieds, comme une mystérieuse énigme à l’endroit du proche.

Et si le dépaysement se trouvait ailleurs ?… Là, à quelques centaines de kilomètres de la « ville-monde » ? Quelque part entre le Berry et la Corrèze ? Si nos ancestraux territoires hexagonaux n’avait pas encore révélés tous leurs secrets ?

Mission_brunot-7_713_pxUn contexte

De 1912 à 1913 le linguiste et philologue français Ferdinand Brunot a entrepris pour le compte des Archives de la Parole, un voyage de collecte des richesses linguistiques de différents territoires français (notamment dans les départements de la Corrèze et de l’Indre).

A l’occasion du centenaire d’une entreprise interrompue brutalement à l’aube du premier conflit mondial, le Festival des Rencontres D’Ars et le Centre Régional des Musiques traditionnelles en Limousin souhaitent accompagner un projet évènementiel autour de cette date anniversaire. Ils ont associés a leurs réflexions les jeunes collectifs d’artistes LE CHNUT & LOST IN TRADITIONS évoluant autour des nouvelles musiques traditionnelles.

Création réalisée par LOST IN TRADITIONS et CHNUT en partenariat avec Les Rencontres Internationales de Luthiers et Maîtres Sonneurs, le Centre Régional des Musiques Traditionnelles, la FAMDT et la Bibliothèque Nationale de France.

Plein tarif : 15 € / Tarif réduit : 10 €

INFOS/RESERVATIONS : 05 55 27 76 40www.sedieres.fr