“une vie de musique”

Parmi tous les musiciens de tradition redécouverts il y a une vingtaine d’années en France, figurent des personnages remarquables, parfois hauts en couleurs, instrumentistes souvent inspirés jusqu’à la virtuosité… Léon Peyrat, agriculteur et violoneux, musicien corrézien de la commune de St Salvadour, fut de ceux là… mais, avec – en plus – au fond des yeux, la lumière des créateurs, celle qui ne s’apprend pas, celle qui jamais ne tarit, jusqu’au dernier souffle…

Fils de chanteur et frère de violoneux, violoneux lui-même, Léon eut la musique comme exutoire et recours ultime à son existence : « La musique m’a sauvé la vie ».
Aussi quand en 1976, de jeunes musiciens, désireux de retrouver les vieilles musiques du pays, franchissent le pas de la porte de sa maison, ils sont loin de se douter que l’homme d’un certain âge qui les reçoit au fond de son cantou d’un petit sourire amusé, va les retenir ainsi des années durant, suspendus d’abord au fil de la découverte de la musique du pays puis rapidement de celle du seul Léon Peyrat, créateur prolifique de mélodies et de chansons. Aujourd’hui voilà dix ans que Léon Peyrat a disparu, laissant à ceux qui venaient l’écouter alors, le soin de révéler ce qu’il faut bien appeler une oeuvre, constituée d’une centaine de pièces mélodiques et de chansons originales, qui aura mis la plupart des spécialistes, certains venus de toute la France mais aussi de l’Europe voisine, sous le charme de ce musicien hors normes.

Le Trio Violon dont les membres, Jean-Pierre Champeval, Olivier Durif et Jean-François Vrod figurent parmi les premiers auditeurs corréziens de l’homme et du musicien, a décidé de produire et de créer un spectacle autour de son oeuvre au terme d’une résidence en partenariat avec le Théâtre des Sept Collines de Tulle. Reprenant tour à tour les mélodies et les chansons de Léon Peyrat, mais évoquant également les trames de cette vie de paysan accroché aux vallons pleins d’histoires et de légendes qui l’ont vu naître, à partir d’une scénographie faisant la place à la mémoire photographique du pays (Léon et son frère faisaient des photos avant 1914 !) le Trio Violon se propose de construire une fresque sonore du monde rural corrézien avec, au coeur, l’oeuvre du créateur Léon Peyrat.

Enfin une scénographie mettant en scène images du pays et bande électro-acoustique complétera ce spectacle qui sera donné les samedi 5 et dimanche 6 décembre 1998 au Théâtre des Sept Collines à Tulle.

Nouvelles Musicales en Limousin, n° 56, octobre-décembre 1998.