23 juin 1996

Dans le renouveau des musiques traditionnelles opéré depuis une vingtaine d’années, on avait un peu perdu de vue le Limousin comme terre de chansons et de chanteurs et berceau des troubadours de Rencontres de Chabrette et d’Accordéon en Haute-Vienne en Fêtes du Violon en Corrèze, les talents vocaux étaient restés au second rang, dédiés à des occasions plus intimes. Pourtant dans son ouvrage « Mon Limousin », l’ethnographe Michel Coissac rapporte en 1913.
« … Aujourd’hui encore… il n’est pas rare de surprendre dans les hameaux, une après-midi de dimanche, quelques groupes qui « virent » bourrées ou polka, sans autre entraînement que la voix d’une vieille femme ou le bruit d’un bâton dont on frappe le sol en cadence comme avec un pilon… ».
La disparition des dernières batteuses au milieu des années 1960 sonnera le glas de ces fêtes « ou l’on chantait jusqu’à plus soif ! Les occasions ont disparu, chanteurs et chanteuses ont continué à perpétuer pour eux ou pour leur propre entourage ces chansons dont certains thèmes trouvent leur source dans le Haut-Moyen-Age, quand d’autres naissent de la verve créatrice de chansonniers locaux de la fin du XIXe siècle ou plus récemment encore.

L’urgence de rassembler et de valoriser cet art vocal sur le déclin a conduit le Centre Régional des Musiques Traditionnelles à solliciter la commune de Château-Chervix, où le souvenir de l’ardent défenseur de la culture limousine et ancien maire décédé, Pierre Lallet vaut pour symbole, à organiser en juin 1996 la première Fête du Chant Traditionnel en Limousin.

A cette fête étaient conviés des chanteurs(ses) et conteurs locaux venus tout le Limousin. L’appel avait par ailleurs été lancé à tous les volontaires, ceux qui gardent précieusement au fond de leur mémoire la chanson amoureusement conservée, qui de ses grands parents, qui d’un voisin, qui d’un « roulier » de passage, pour témoigner ce jour-là de la richesse de ce patrimoine un peu oublié et mésestimé.

Cette année encore, sous le tilleul de la place de Château-Chervix où l’entrée sera libre et gratuite, chacun pourra venir confronter sa version de sa chanson avec celles des autres et, qui sait, apprendre le couplet supplémentaire qui lui manque depuis si longtemps…

La présence de chanteurs traditionnels locaux et de la région toute entière sera renforcée de la participation, cette année, d’interprètes prestigieux venus de régions voisines, André Ricros de l’Auvergne, Solange Panis du Berry et Jany Rouger du Poitou.

Nouvelles Musicales en Limousin, n° 44, mai-juin 1996.